Direccte Ile-de-France
+ services en département
 
 
 
 
Accueil > Etudes et statistiques > Synthèse thématique > Le retour à l’emploi : plus durable en Ile-de-France

Le retour à l’emploi : plus durable en Ile-de-France

| Publié le 17 septembre 2020 | Dernière mise à jour le 22 juillet 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

La Direccte d’Ile-de-France et l’Insee publient deux études partenariales sur le retour à l’emploi en Ile-de-France.

 

Le retour à l’emploi est appréhendé sous deux aspects : sa durabilité dans la synthèse thématique n°67 et sa variabilité dans la synthèse thématique n°68.

En Ile-de-France, les 534 000 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi au cours de l’année 2010 sont plus diplômés et plus qualifiés que leurs homologues des autres régions. Deux ans après leur inscription, 19 % d’entre eux se déclarent en emploi, soit une proportion comparable au niveau national. Toutefois, ce résultat est fortement sous-estimé car une partie des demandeurs d’emploi, sortis des listes pour absence au contrôle ou radiation administrative, situations plus fréquentes en Ile-de-France, ont en réalité retrouvé un travail, mais ne l’ont pas signalé à leur agence Pôle emploi.
Dans la région, le taux de retour à l’emploi a diminué avec la crise de 2008, mais moins que dans le reste du pays. Le retour à l’emploi est durable, c’est-à-dire non suivi d’une réinscription dans les six mois qui suivent la sortie des listes, dans 94 % des cas, contre 89 % en moyenne nationale. Dans les différentes zones d’emploi franciliennes, le taux de retour à l’emploi varie selon le profil des demandeurs d’emploi et les caractéristiques socio-économiques du territoire, telles que le taux de chômage.

Découvrez la synthèse thématique n°67.

 

Pour les demandeurs d’emploi franciliens, les chances de retrouver un travail varient en fonction de leurs situations individuelles, mais également des caractéristiques de leur territoire de résidence.
Un niveau de formation ou de qualification élevé, le fait d’être indemnisable au moment de l’inscription sur les listes de Pôle emploi sont des atouts pour retrouver un emploi, surtout en période de crise. Si les seniors ont plus de difficultés à retrouver du travail que les plus jeunes, la crise ne semble pas les avoir davantage pénalisés. Les spécificités locales du tissu productif et du marché du travail influent également sur les chances de retour à l’emploi : ainsi, les situations sont diverses dans les zones d’emploi franciliennes.

Consultez la synthèse thématique n°68.

--

Webmestre |