+ services en département
 
 
 
 
Accueil > Travail et relations sociales > L’actu du travail en Ile-de-France > Grèves : comment gérer les problèmes de déplacements, les retards et les (...)

Grèves : comment gérer les problèmes de déplacements, les retards et les éventuelles difficultés économiques pour les entreprises

| Publié le 4 décembre 2019 | Dernière mise à jour le 9 décembre 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Télétravail, retards, organisation du temps de travail, baisse d’activité … : comment anticiper et gérer au mieux les difficultés provoquées par les problèmes de déplacements et les journées de grève.

Difficultés de déplacements

Mes salariés ont des difficultés à rejoindre leur lieu de travail. Puis-je leur proposer de télétravailler ?

Pour certains métiers, le télétravail peut être une solution aux difficultés de déplacement. Il peut se mettre en place par simple accord avec le salarié concerné.
Retrouvez le mode d’emploi du télétravail sur le site du Ministère du Travail

Comment organiser le covoiturage pour permettre à mes salariés de rejoindre leur lieu de travail ?

• Des prestataires proposent des solutions clés-en-main pour mettre en place une solution de covoiturage sur l’intranet de l’entreprise ou directement sur Internet. Votre entreprise peut également intégrer un système de covoiturage existant porté par une association ou une collectivité territoriale.
Retrouvez le guide du covoiturage régulier de courte et moyenne distance de l’Ademe

• Durant les grèves, la région d’Ile-de-France a mis en place un dispositif pour faciliter le covoiturage et encourager les conducteurs à proposer des places

Comment gérer les retards ou absences de mes salariés du fait des difficultés de transport ?

• L’absence ou le retard au travail d’un salarié en raison d’une grève des transports ne constitue pas une faute. Le salarié ne peut pas être sanctionné mais sa rémunération peut être réduite proportionnellement à la durée de l’absence. En accord avec son employeur, le salarié peut rattraper les heures non travaillées dans la limite des durées maximales du travail quotidiennes et hebdomadaires. Le temps de travail ayant été effectué, aucune absence ne sera comptabilisée et son salaire ne fera l’objet d’aucune retenue.

• Par ailleurs, pour éviter de perdre une partie de son salaire, le salarié peut anticiper la grève en posant des jours de congés selon les modalités en vigueur dans l’entreprise et sans que cela ne puisse être imposé par l’employeur.

Organisation de la production et temps de travail

Mon entreprise peut-elle dépasser les durées maximales du temps de travail afin de rattraper un retard de production ?

• La durée maximale de travail effectif est de 10 heures par jour (8 heures pour le travail de nuit) et 48 heures par semaine.

• Une convention ou un accord d’entreprise, d’établissement ou de branche, peut prévoir le dépassement de la durée quotidienne de travail en cas d’activité accrue ou pour des motifs liés à l’organisation de l’entreprise ou à la continuité du service et de la production.

• A titre exceptionnel, et selon les circonstances d’espèce dans lesquelles se trouve l’entreprise, le dépassement des durées quotidiennes ou hebdomadaire maximales de travail peut être autorisé en cas de surcroît temporaire d’activité pour certains motifs, par exemple travaux devant être exécutés dans un délai déterminé en raison de leur nature, engagements contractés par l’entreprise ou de circonstances exceptionnelles. La demande d’autorisation doit être adressée à l’inspecteur du travail.

• En cas d’urgence, et pour ces mêmes motifs, l’employeur peut déroger sous sa propre responsabilité à la limitation de la durée quotidienne du travail en présentant immédiatement à l’inspecteur du travail une demande de régularisation avec les explications nécessaires.
Retrouvez toutes les informations sur la durée légale du travail

Pour rattraper la production, je dois faire faire des heures supplémentaires à mes salariés, comment ça marche ?

La durée légale de travail effectif des salariés à temps complet est fixée à 35 heures par semaine. À la demande de l’employeur, le salarié peut toutefois travailler au-delà de cette durée légale. Les heures supplémentaires ainsi effectuées ouvrent droit à une majoration de salaire ou un repos compensateur.
Retrouvez toutes les informations sur les heures supplémentaires

Puis-je demander à mes salariés de rattraper les heures perdues du fait de la grève ?

La grève n’étant pas considérée comme un évènement de force majeure, l’employeur ne peut pas demander à ses salariés de récupérer les heures perdues.
Retrouvez plus d’informations sur la récupération d’heures non effectuées

Baisse conjoncturelle d’activité

Mon entreprise connait une baisse d’activité qui ne me permet plus de faire travailler tous mes salariés. Que puis-je faire ?

Si vous devez réduire ou suspendre votre activité en raison des circonstances, vous pouvez placer tout ou partie de vos salariés en activité partielle. Une partie de la masse salariale sera prise en charge par l’Etat et l’assurance chômage. La demande est effectuée auprès de l’unité départementale de la DIRECCTE de votre établissement après consultation du comité social et économique le cas échéant.
Une « foire aux questions » apporte les réponses concrètes et pratiques quant aux modalités de mise en œuvre de l’activité partielle.

Toutes les demandes sont à effectuer en ligne sur : https://activitepartielle.emploi.gouv.fr

Retrouvez toutes les informations sur l’activité partielle

En savoir plus :

Consultez les trois fiches pratiques de la Direccte d’Ile-de-France sur le télétravail, l’activité partielle et la récupération d’heures perdues

Documents à télécharger :

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics