+ services en département
 
 
 
 
 
 

Faux sites administratifs : attention aux arnaques !

| Publié le 9 octobre 2018 | Dernière mise à jour le 24 octobre 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

La plupart des démarches administratives sont gratuites, pourtant de nombreux sites les font payer de manière frauduleuse. Retrouvez quelques réflexes à acquérir afin de ne pas se faire abuser par ces faux sites administratifs.

Un bandeau bleu-blanc-rouge, une référence à des ministères, un référencement en tête des moteurs de recherche... A première vue, difficile de déceler l’arnaque. Pourtant selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), un million de personnes seraient victimes chaque année de ces pratiques frauduleuses pour un préjudice total d’au moins 150 millions d’euros.

Comment reconnaître les faux sites administratifs ?

Le Centre européen des consommateurs a reçu plusieurs réclamations de consommateurs visant de faux sites administratifs qui proposent d’effectuer, moyennant rémunération, certaines démarches administratives en lieu et place des demandeurs

Certains sites vont plus loin que le simple paiement du service. Les consommateurs doivent rester attentifs et vérifier qu’ils n’ont pas été abonnés, à leur insu, à un service dont ils n’ont pas besoin.

Bon à savoir :

  • pour éviter toute confusion, vérifier l’adresse Internet (URL) du site : les URL de l’administration française se terminent invariablement par ".gouv.fr" ou ".fr" et jamais par ".gouv.org" ou ".gouv.com ".
  • un site en ".fr" ne garantit pas obligatoirement qu’il s’agisse d’un site officiel et la société qui l’exploite peut ne pas être établie en France.

Il est conseillé, avant d’entreprendre toute démarche administrative :

  • de se renseigner d’abord auprès des sites officiels de l’administration française avant de passer une commande et de donner ses coordonnées de carte bancaire,
  • de consulter les conseils du Centre européen des consommateurs pour vérifier le sérieux de la société qui propose le service,
  • de contacter, si le paiement a été effectué, le Centre européen des consommateurs, en particulier si le site est basé dans un autre pays de l’UE, en Islande ou en Norvège. À défaut, ne pas hésiter à prendre contact avec sa banque pour une éventuelle procédure de remboursement (chargeback).
--

->Articles du même thème :

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics