+ services en département
 
 
 
 
 

Votre correspondant PME

 

Grand Paris

 

Main d’Oeuvre Etrangère

 
Accueil > Concurrence et consommation > Vie pratique > Conseil aux consommateurs : la caution

Conseil aux consommateurs : la caution

| Publié le 16 janvier 2014
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Tous les 15 jours, un conseil en matière de consommation vous est délivré.

 

A quoi s’engage-t-on en se portant caution ?

Se porter caution, c’est prendre l’engagement envers un créancier de payer la dette du débiteur principal si celui-ci pour une raison ou une autre, ne l’acquitte pas.

 

La personne qui s’est portée caution doit donc rembourser la dette de l’emprunteur défaillant, bien souvent augmentée des intérêts et autres frais (notamment de justice). Elle peut être poursuivie sur tous ses biens.

Les deux types de caution

  • La caution simple

En cas de défaillance de l’emprunteur, la "caution" peut exiger du créancier qu’il saisisse les biens du débiteur avant les siens propres ou qu’il divise ses poursuites.

  • La caution solidaire

Quelle que soit la situation, la "caution" est engagée à payer la dette du débiteur. Le créancier peut agir indifféremment contre l’un ou l’autre, en général le plus solvable.
C’est cette forme de cautionnement qui est le plus souvent utilisée par les organismes financiers.

 

Le cautionnement est l’acte écrit, le contrat, qui est la preuve de l’engagement de la "caution", qui doit le signer de sa main.

 

La "caution" ne doit s’engager que pour une somme déterminée. Elle doit veiller, lors de la signature, à ce que le montant soit mentionné en lettres et en chiffres.

 

Crédit photo : Stocklib ©

En savoir plus :

Retrouvez toutes les fiches pratiques (contrefaçon, restauration scolaire, location d’un véhicule avec option d’achat, etc.) en cliquant ici.

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics